CinéFemme Award

Les membres du jury CinéFemme visionnent plus de 300 films par an.
Chaque année, l’un d’entre eux se voit décerner le CinéFemme Award :

JPEG - 3.8 ko
1999 : Central do Brasil de Walter Salles
2000 : A la Verticale de l’Eté de Tran Anh Hung
2001 : No Man’s Land de Danis Tanovic
2002 : L’Homme sans Passé d Aki Kaurismaki
2003 : Lilya 4-ever de Lucas Moodyssen
2004 : Spring, Summer, Fall, Winter...and Spring de Kim Ki-Duk
2005 : Turtles Can Fly de Bahman Ghobadi
2006 : Grbavica de Jasmina Zbanic
2007 : Si le vent soulève les sables de Marion Hänsel
2008 : Buddha collapsed out of shame de Hana Makhmalbaf
2009 : Frozen River de Courtney Hunt
2010 : Poetry de Lee Changdong
2011 : Die Fremde de Feo Aladağ
2012 : The Broken Circle Breakdown de Felix van Groeningen
2013 : Pierre de patience de Atiq Rahimi
2014 : Mommy de Xavier Dolan
2015 : Mustang de Deniz Gamze Ergüven
2016 : Les Délices de Tokyo (An) de Naomi Kawase

Ce prix consiste en la remise d’une statuette représentant une

déesse antique de la fertilité

Divinité féminine

Musée du Louvre - Section “Civilisation étrusque” - Paris

La statuette en bronze provient du sanctuaire de “Diane Nemorense”, la “Diane des bois”, de Ariccia, en proximité du lac de Nemi, dans les environs de Rome. La divinité originaire de ce sanctuaire, avant qu’il ne soit consacré à la Diane des Romains, était la grecque Artémis de Tauride, importée en Italie par Oreste.

On sait que la déesse de Tauride aimait les sacrifices humains. On disait aussi qu’elle avait sauvé Hippolyte, fils de Thésée, mort et ressuscité grâce au dieu de la médecine Asclépios (ou Esculape), et l’avait caché dans le sanctuaire d’Ariccia.

La figure féminine, qui remonte à 350 av. J.C., rappelle par le développement très allongé du corps les plus anciens bronzes laminaires du Latium. Les détails des atours révèlent l’influence culturelle des Latins, qui en 504 av. J.C., par la bataille qui eut lieu justement à Ariccia, avaient mis fin à l’hégémonie étrusque dans le Latium.