17ème Festival Cinéma Méditerranéen

Les femmes à l’honneur !

PNG - 418.2 ko

Du 1er au 8 décembre prochain, le Festival Cinéma Méditerranéen de Bruxelles vous ouvrira ses portes à l’occasion de sa 17ème édition.

Cette année, le festival se conjuguera au féminin et présentera de nombreux films qui dressent le portrait coloré et métissé de femmes méditerranéennes, auxquels viendront s’ajouter des réalisations portées par des femmes cinéastes

Qu’elles en soient le sujet ou l’auteur, le Festival proposera ainsi des films qui font entendre la voix des femmes, rappelant leurs combats passés, présents et à venir.

Bien avant que l’actualité ne mette certains sujets sous les feux de la rampe, le Med souhaitait éveiller les consciences et attirer l’attention sur le fait que les femmes sont de plus en plus nombreuses à s’exprimer, à faire tomber les barrières de l’intolérance et à déconstruire certains stéréotypes. À travers sa programmation, le festival veut ainsi dévoiler la lumière et l’espoir qu’elles portent pour le futur, notamment en Méditerranée.

En une petite semaine, vous aurez l’opportunité de découvrir près de 60 films qui vous feront voyager à travers la diversité et la richesse de ce cinéma méditerranéen, et ce, par le biais de récits touchants. Un cinéma intense, contrasté et drôle, qui met en évidence la diversité des pays qui le composent. A l’image de Bruxelles et de notre Belgique finalement...

Avec un jury de choix 100% féminin, de nombreuses avant-premières, une Focale « voies de femmes » ainsi que des thématiques centrées sur l’actualité des migrations ou encore le Maghreb, le Med 2017 sera comme toujours éclairant, vivant et foisonnant !

5 films emblématiques parmi tant d’autres :
« La Belle et la Meute » : en ouverture du festival. Kaouther Ben Hania (membre du jury de l’an passé) met en image un fait divers qui a bouleversé la Tunisie. Le film raconte comment la police a abusé d’une étudiante qui va devoir lutter pour le respect de ses droits et de sa dignité. Un périple éprouvant mais indispensable qui a révélé la comédienne Mariam Al Ferjani.

« Rester Vivants » : un documentaire de la belge Pauline Beugnies qui fait témoigner quatre jeunes égyptiens aujourd’hui dans un contexte de répression violente alors que le Printemps arabe avait insufflé un tel espoir de liberté.

« À mon âge je me cache pour fumer » de Rayhana : au cœur du hammam, loin du regard accusateur des hommes, mères, amantes, vierges ou exaltées islamistes, des fesses et des foulards se confrontent, s’interpellent entre fous rires, pleurs et colères, bible et coran, …

« Djam », en présence du réalisateur Tony Gatlif et des comédiens Daphné Patakia et Simon Abkarian : une odyssée musicale en Méditerranée qui suit le périple de Djam et Avril. Un voyage fait de rencontres, de partage et d’espoir.

« Les fleurs du bitume » : Chaima danse, Ouméma graffe, Shams slame. Elles incarnent la liberté des femmes dans leur pays. Un combat pacifique qu’elles mènent dans la rue, un espace largement occupé par les hommes en Tunisie et qu’elles ont choisi de reconquérir par la pratique du street art. Le documentaire sera suivi de causeries ponctuées de slam et de danse en compagnie de la réalisatrice Caroline Péricard, la protagoniste Shams Abdi et des slameuses.

Neuf avant-premières

La plupart des films du festival sont des inédits, et cette année, la programmation est plutôt bien lotie puisque ce ne sont pas moins de 9 films qui sortiront dans les prochaines semaines en Belgique :

« Abracadabra » de Pablo Berger (Espagne – 96’)
« La Belle et la Meute » de Kaouther Ben Hania (Tunisie – 100’)
« A Ciambra” de Jonas Carpignano (Italie – 118’)
« Djam » de Tony Gatlif (France – 97’)
« Rester Vivants » de Pauline Beugnies (Belgique – 110’)
« Casablanca Calling » de Rosa Rogers (USA – 70’)
« Les Bienheureux » de Sofia Djama (Algérie – 104’)
« La Part Sauvage » de Guérin Van De Vorst (Belgique – 80’)
« When the day had no name » de Teona Strugar Mitevska (Macédonie – 84’)

Toute la programmation, les infos pratiques et des extraits de films inédits sont sur le site : http://www.cinemamed.be/