63ème édition du BFI London Film Festival (LFF)

Pendant 12 jours, du 2 au 13 Octobre 2019, CinéFemme était à Londres où se tenait la 63ème édition du BFI London Film Festival. Orienté presse, industrie et public, le LFF a, comme à son habitude, mis en lumière le meilleur des nouveautés cinématographiques britanniques et internationales confirmant son statut de festival européen incontournable et stimulant.

JPEG - 105.4 ko

Plus que jamais, le LFF semble avoir trouvé son ton et son ambiance uniques grâce à ses galas (The Personal History of David Copperfield d’Armando Iannucci en ouverture, Knives Out de Rien Johnson, The Aeronauts de Tim Harper, A Beautiful Day in the Neighbourhood de Marielle Heller, Greed de Michael Winterbottom, Jojo Rabbit de Taika Waititi, The King de David Michôd, Le Mans’66 de James Mangold, Marriage Story de Noah Baumbach, Ema de Pablo Larraín, Abominable de Jill Culton et Todd Wilderman, Bacurau de Kleber Mendonça Filho, The Dude in Me de Hyo-jin Kang, Judy & Punch de Mirrah Foulkes, The Lighthouse de Roger Eggers, Official Secrets de Gavin Hood, The Peanut Butter Falcon de Michael Schwartz, The Two Popes de Fernando Meirelles, Western Stars de Thom Zimny et The Irishman de Martin Scorsese en clôture), ses présentations spéciales (Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma, Bad Education de Cory Finley, Blackbird de Roger Michell, Bombay Rose de Gitanjali Rao, The Cave de Feras Fayyad, First Love de Takashi Miike, Krabi, 2562 de Ben Rivers et Anocha Suwichakornpong, Love, Life and Laughter de George Pearson, Our Ladies de Michael Caton-Jones, Rocks de Sarah Gavron et trois épisodes de la série Gösta de Lukas Moodysson), son « Film Surprise » (qui fut cette année l’horripilant Uncut Gems des frères Safdie), ses dialogues avec des artistes (Céline Sciamma, Kasi Lemmons, Kim Longinotto, Lukas Moodysson, Michael B. Jordan, Rian Johnson, Robert De Niro, Atom Egoyan et William Nicholson) et ses tapis rouges prestigieux (qui ont vu défiler, par exemple, Robert De Niro, Al Pacino, Harvey Keitel, Martin Scorsese, Bruce Springsteen, Laura Dern, Adam Driver, Ray Liotta, Greta Gerwig, Kristen Stewart, Willem Dafoe, Sally Hawkins et bien d’autres).

JPEG - 98.7 ko

Le London Film Festival attire de plus en plus (avec 178,789 admissions en douze jours, soit une hausse de 6% par rapport à l’année dernière) et fédère des publics différents grâce, notamment, à ses séances dites « thématiques » (LOVE / DEBATE / LAUGH / DARE / THRILL/ CULT/ JOURNEY/ CREATE/ EXPERIMENTA) qui brassent un large éventail de genres et de propositions cinématographiques.

Preuve de sa vitalité et de sa recherche de diversité, le LFF a accueilli cette année 233 films émanant d’artistes établis comme de nouveaux talents (avec 28 avant-premières mondiales, 12 internationales et 32 européennes) et provenant de 78 pays. Parmi les films en compétition (longs-métrages, premiers films, courts, documentaires), 60% sont signés par des réalisatrices (ou des co-réalisatrices).

La Belgique, quant à elle, était représentée par Adoration de Fabrice du Welz (sélectionné dans la catégorie CULT), Overseas le deuxième long-métrage documentaire de la réalisatrice Sung-A Yoon (projeté dans la section DOCUMENTARY COMPETITION) et Grand Loup et Petit Loup de Rémi Durin (qui était en compétition pour le Prix du Meilleur court-métrage).

JPEG - 99.5 ko

Le samedi 12 Octobre, les vainqueur.e.s des différentes compétitions ont été annoncé.e.s :

  • Monos d’Alejandro Landes a remporté le Best Film Award de la Official Competition.
  • Atlantique de Mati Diop a remporté le Sutherland Award de la First Feature Competition.
  • White Riot de Rubika Shah a remporté le Grierson Award de la Documentary Competition.
  • Fault Line de Soleil Amirsharifi a remporté le Short Film Award de la Short Film Competition.

Article et photos : Katia Peignois