Sorties de la semaine
1étoile(s) 1étoile(s) 1étoile(s) 1étoile(s) 1étoile(s)

TOUT NOUS SÉPARE

Thierry Klifa

Catherine Deneuve, Diane Kruger, Nicolas Duvauchelle, Nekfeu

98 min.
8 novembre 2017
TOUT NOUS SÉPARE

Une maison bourgeoise au milieu de nulle part. Une cité à Sète.
Une mère et sa fille. Deux amis d’enfance.
Une disparition. Un chantage. La confrontation entre deux mondes.

Après « Les Yeux de sa mère », Thierry Klifa nourrissait l’envie d’écrire à nouveau pour Catherine Deneuve. C’est de là qu’est né le scénario de « Tout nous sépare », présenté en avant-première belge lors de la 32ème édition du Festival International du Film Francophone de Namur.

Au sein du récit, deux mondes qui s’opposent : d’un côté celui la bourgeoisie avec Louise (Catherine Deneuve) et sa fille unique, Julia (Diane Kruger) et de l’autre, celui de la cité, incarné par Rodolphe (Nicolas Duvauchelle), Ben (Nekfeu) et Karim (Sébastien Houbani). Julia, handicapée à la jambe à cause d’un accident, sort avec Rodolphe qui est aussi son dealer. Leur relation dégénère rapidement. S’ensuit alors une série d’événements qui amènent Louise à se confronter à un monde dont elle maîtrise mal les codes.

Si l’histoire recelait en elle un certain potentiel, les scénaristes, Thierry Klifa et Cédric Anger (« La Prochaine fois je viserai le cœur ») nous livrent un résultat assez médiocre. En se focalisant sur les différences entre les deux milieux, on a le sentiment de voir défiler devant nos yeux de multiples clichés auxquels le film tente maladroitement d’échapper en développant, entre autres, le personnage de Julia comme étant une droguée. Sans parler de la violence gratuite qui s’illustre par exemple dans cette scène de combat de chiens. Quant au dénouement final, il n’en est pas moins décevant de par sa prévisibilité.

Au final, on retiendra de ce film la prestation de Nekfeu qui fait ici ses premiers pas en tant qu’acteur et on espère que s’il y a une prochaine fois, il aura ou choisira une meilleure proposition cinématographique.

(Nathalie De Man)