Sorties de la semaine
3étoile(s) 3étoile(s) 3étoile(s) 3étoile(s) 3étoile(s)

DIEGO MARADONA

Asif Kapadia
130 min.
31 juillet 2019
DIEGO MARADONA

Le 5 juillet 1984, Diego Maradona débarque à Naples pour un montant qui établit un nouveau record du monde. Pendant sept ans, il enflamme les stades. Le footballeur le plus mythique de la planète a parfaitement trouvé ses marques dans la ville la plus passionnante, mais aussi la plus dangereuse, d’Europe. Sur le terrain, Diego Maradona était un génie. En dehors du terrain, il était considéré comme un dieu. Cet Argentin charismatique aimait se battre contre l’adversité et il a mené le SCC Napoli en tête du tableau pour la première fois de son histoire. C’était un rêve éveillé ! Mais le prix à payer était élevé, Diego pouvait faire tout ce qu’il voulait tant qu’il accomplissait des miracles sur le terrain. Pourtant des heures sombres ont fini par succéder à ces années fastes....

« Diego Maradona » est un film réalisé par Asif Kapadia à qui on doit les documentaires « Amy » (2015) et « Senna » (2010). Une fois de plus, le réalisateur s’attaque à une icône dont il tente de cerner la véritable personnalité. Il ne faut pas être nécessairement amateur.rice de football pour s’intéresser au personnage. Le film comporte un grand nombre d’images d’archives de Diego Maradona tournées par deux cameramen, l’Argentin Juan Laburu et l’Italien Luigi « Gino » Martucci, à la demande d’un ami du joueur, Jorge Cyterszpiller, qui fut son premier agent. Maradona a fini par le licencier mais on comprend que l’homme avait déjà en tête de produire un film dès les années 80 sur Maradona. Il aura donc fallu attendre presque 40 ans pour qu’un long métrage soit consacré au footballeur.

Né à Buenos Aires dans un bidonville, Diego Maradona est un génie du football, ce sport qu’il considère comme étant l’art de la feinte. À 15 ans, il joue dans l’équipe d’Argentinos Juniors. Désormais c’est lui qui entretient sa famille. Il est ensuite engagé par le Barça qu’il finira par quitter pour Naples afin de trouver plus de tranquilité. Néanmoins là-bas, il est sans cesse suivi par des hordes de fans et de journalistes. Lors de sa présentation au stade de San Paolo, des milliers de Napolitains viennent l’acclamer. Grâce à lui, la ville de Naples retrouve un peu de fierté.

Nourri essentiellement par des témoignages de Diego Maradona, de ses proches, de journalistes sportifs, le film explore les nombreuses facettes du joueur. D’un côté, il y a Maradona, cette figure iconique qui se dévoile sur les stades et dans la presse et de l’autre, il y a Diego avec ses addictions, ses conflits conjugaux et ses liens avec la Camorra, une organisation mafieuse napolitaine. Grâce au montage, le film parvient à dissocier les deux personnages.

Si le documentaire se concentre sur les années napolitaines, la dernière partie revient sur la demi-finale de la Coupe du Monde opposant l’Argentine à l’Italie dans la ville de Naples. Cette fois-ci Maradona joue dans l’équipe de son pays natal et élimine l’Italie. S’en est fini pour lui. Les Italiens, et en particulier les Napolitains, ne lui pardonneront jamais cette traitrise. Lâché par ses protecteurs, traqué par la police et la justice, il fuira cette ville sous les huées, cette même ville qui l’avait accueilli comme un sauveur quelques années auparavant. Le film alterne avec des images de ces deux temps. Physiquement, c’est un tout autre Diego que l’on découvre à la fin du film, dans un corps obèse, qui contraste avec cette image de semi-dieu.

Une vie telle que celle-ci se prêtait à merveille pour faire l’objet d’un film. L’histoire de Maradona est hors-norme, c’est celle d’un mythe dont la photographie était accrochée dans presque chaque maison napolitaine à côté de celle du Christ. Son existence rime avec grandeur et décadence. Kapadia réussit un tour de force, celui d’unir Diego et Maradona.

(Nathalie De Man)