Sorties de la semaine
5étoile(s) 5étoile(s) 5étoile(s) 5étoile(s) 5étoile(s)

PARASITE

Bong Joon-Ho

Song Kang-Ho, Cho Yeo-jeong, So-Dam Park, Lee Sun-Kyun, Woo-silk Choi, So-Dam Park

131 min.
11 septembre 2019
PARASITE

Toute la famille Ki-taek est au chômage et s’intéresse fortement au train de vie de la richissime famille Park. Un jour, leur fils réussit à se faire recommander pour donner des cours particuliers d’anglais chez les Park. C’est le début d’un engrenage incontrôlable, dont personne ne sortira véritablement indemne ...

« Parasite » marque une nouvelle étape dans la carrière du réalisateur coréen. Après avoir enchaîné durant une dizaine d’années les films internationaux (Snowpiercer, Okja), il revient dans son pays et sa langue d’origine avec une comédie dramatique. Inspiré du monde contemporain, « Parasite » est une véritable satire sociale mêlant suspense et humour noir. On retrouvait déjà ces éléments dans les précédents films du cinéaste.

C’est une véritable lutte des classes qui va se mettre en place. L’entraide entre les délaissés n’existent pas, il n’y a pas assez de place tout en haut pour tout le monde. Les Ki-taek sont peut-être déshérités mais ils rivalisent en matière de débrouillardise. Tous les coups sont permis, pas de pitié pour arriver au sommet. Bong Joon-Ho excelle dans l’art de dépeindre, toujours avec un humour noir, des thématiques fortes liées à la violence des rapports entre les classes.

La mise en scène joue un rôle extrêmement important dans la lecture de l’organisation de l’espace, permettant de mieux cerner les enjeux du récit. Si dans « Snowpiercer », cette lecture s’effectuait sur le plan horizontal, en l’occurrence dans « Parasite », elle s’effectue à la verticale. C’est ainsi qu’on retrouve tout en bas de l’échelle la famille de Ki-taek, logée dans un sous-sol avec pour unique vue sur le monde extérieur une fenêtre située à ras du sol. Même les WC les surplombent. Tandis que la magnifique maison des Park se situe sur les hauteurs de la ville. Avec cette organisation des décors, le cinéaste donne directement le ton.

À la demande du réalisateur, on ne vous dévoilera pas plus l’intrigue afin de ne pas gâcher votre plaisir. On vous invite à le découvrir dans les salles car « Parasite » est un film puissant et intelligent tant sur le fond que sur la forme. Bong Joon-Ho manie à la perfection le mélange des genres. Lors de la dernière édition du Festival de Cannes, il a reçu à l’unanimité la Palme d’Or alors qu’il y a deux ans son film « Okja » produit par Netflix avait été exclu de la compétition. Une jolie revanche pour le cinéaste, plus que méritée.

(Nathalie De Man)