novembre 2011

  • Il arrive que le bonheur ne se mérite pas. Mais qu’il se prend tout simplement. Avec aisance et évidence. Et c’est très bien ainsi. En pleine reconversion émotionnelle positive, après 3 violents « Mad Max », George Miller nous propose, fidèle à la loi (...) > Lire la suite ...
  • Il y a des films qui maîtrisent tellement maladroitement les conventions du genre auquel il se réfère, en l’occurrence le thriller d’épouvante, qu’il ne reste qu’à louer le genie humain d’avoir inventé, pour les cas aussi désespérément mauvais, (...) > Lire la suite ...
  • Nom de Zeus ! Que penserait Paul Veyne (*), lui qui a consacré sa vie à la majesté des mythes grecs de cette mise en vulgarité délibérée et onéreuse (le film a coûté 75 millions de dollars) de la lutte de Thésée contre le roi Hypérion ? L’enjeu de ce (...) > Lire la suite ...
  • Adapté du roman semi-autobiographique de Susana Alakoski, Beyond est le premier film en tant que réalisatrice de l’actrice suédoise Pernilla August. L’œuvre décortique avec beaucoup de justesse les traumatismes laissés par une enfance passée au sein (...) > Lire la suite ...
  • Est-ce parce que c’est la deuxième fois que Johnny Depp se frotte au monde déjanté de Hunter S. Thompson que le spectateur a très vite l’impression que le cœur n’y est pas. Ou n’y est pas avec la même intensité, la même folie ingérable - « Larger than (...) > Lire la suite ...
  • Quelle chance que le ridicule ne tue pas. Sans cela les acteurs seraient tous morts pour avoir interprété à la masse et à la massue la plupart des personnages du dernier film d’Olivier Marchal, cet ancien flic recyclé en cinéaste tourmenté. Dévidant (...) > Lire la suite ...
  • Quel est le point commun entre les Coën, les Dardenne, les Farelly, les Larrieu, les Taviani, les Wachowski et les Kaurismaki ? Ils sont frères. Quelle est la différence entre les mêmes ? Les six premiers travaillent en couple, les derniers (...) > Lire la suite ...
  • Et zou ! De nouveau, et en décrivant un orbe vibrant de sincérité, les flèches de Robert Guédiguian atteignent leur cible. Parce que le cinéaste les décoche avec une noblesse qui ne peut qu’interpeller celles et ceux qui ne se limitent pas à faire de (...) > Lire la suite ...
  • Vallanzasca - L’ange du mal , est l’histoire vraie d’un bandit italien pendant les années de plomb. Renato Vallanzasca, condamné à 290 ans de prison, est un criminel, un kidnappeur et un assassin, mais il est aussi beau, fascinant. L’interprétation (...) > Lire la suite ...
  • Riffs de guitare versus bruits de bottes. Il y a des oppositions dont les composantes sont fortes et exemplatives d’une époque qui met face à face deux besoins (celui de la continuité et celui du changement) et dès lors deux engagements. Avec (...) > Lire la suite ...
  • « Sous la lampe, ce soir, Charmille est un prénom » (Paul Eluard) Sur l’écran, aujourd’hui « Le tableau » est vivant. Il émane de ce dernier long métrage de Jean-François Laguionie (comme le cinéma poétique de Paul Grimault « Le roi et l’oiseau") un (...) > Lire la suite ...
  • Time is money. On a rarement sur écran donné à un proverbe une profondeur de champ aussi palpitante. Quelque part dans un futur qui n’est pas nécessairement très lointain, les gens sont programmés pour mourir à 25 ans. A moins d’acheter des unités de (...) > Lire la suite ...
  • En 1986 dans « Ses chroniques de la haine ordinaire », Pierre Desproges nous interpelait ainsi « Connaissez-vous de vraies raisons de rire aujourd’hui ? ». Sylvain Estibal, à sa façon, apporte sa réponse en organisant un clash entre un dicton et une (...) > Lire la suite ...
  • La grande colère de Nicolas Provost. Contre cette Europe, cette Belgique qui écarte et piétine ceux qui n’entrent pas dans ses normes. A quoi reconnaît-on la force d’un cinéaste ? A sa capacité de s’emparer d’un thème d’actualité, de le désosser, de lui (...) > Lire la suite ...
  • Reste-t-il quelque chose d’un film dont on n’a aimé ni l’histoire, ni les acteurs, ni la mise en scène ? Oui et c’est bien cela le miracle du 7ème art. Il n’arrive que très rarement que tout soit à jeter. Ce que le spectateur emportera avec lui à (...) > Lire la suite ...
  • « C’est à nous les vivants de nous vouer à l’œuvre inachevée que d’autres ont si noblement entreprise. C’est à nous de nous consacrer plus encore à la cause pour laquelle ils ont offert le suprême sacrifice ; c’est à nous de faire en sorte que ces morts ne (...) > Lire la suite ...
  • On ne choisit pas sa famille. Certes. Mais il nous reste la possibilité de choisir son film. Et celui-ci ne vaut pas tripette. Moins par son manque d’originalité - il est très inspiré du "Comme les autres" de Vincent Garencq (*) -, sa coulée (...) > Lire la suite ...
  • Après la lecture du livre "D’autres vies que la mienne" d’Emmanuel Carrère (Editions P.O.L., 2009), Philippe Lioret est suivi par une histoire, par une thématique qu’il a envie d’explorer, mais dont la forme littéraire ne lui permet pas une (...) > Lire la suite ...
  • Forces spéciales est un film difficile à catégoriser - et peut- être est-ce d’emblée un bon signe. A priori, un long-métrage racontant l’entreprise de sauvetage par un petit commando d’une journaliste enlevée par les talibans se situerait dans la case « (...) > Lire la suite ...
  • Il était une fois ….Suffit-il de donner à un film la forme d’un conte pour que beaucoup lui soit pardonné ? Quelque part entre le Maghreb et la péninsule arabique, un village perdu dans la rocaille brûlée de soleil. Les hommes y passent la (...) > Lire la suite ...
  • Quand le punch des interprètes met KO les clichés d’un scénario, ce n’est pas un cauchemar mais un rêve. Et des meilleurs. Est-ce un déclic dû à « L’arnacoeur » mais depuis le succès de ce film avec Vanessa Paradis et Romain Duris le cinéma français s’est (...) > Lire la suite ...
  • De quoi abdique t-on quand on devient un homme politique ? Dans le dernier film de George Clooney « The ides of march » qui porte un regard (que l’on aurait aimé moins dopé aux clichés du « règlement de comptes") sur les pratiques électorales aux (...) > Lire la suite ...
  • Bizarre ! Alors que ce documentaire est truffé de bonnes intentions, soutenu par des archives de qualité, adossé à de nombreux témoignages et interviews (les épouses, les amis, les partenaires professionnels et l’intéressé lui-même) il s’en dégage (...) > Lire la suite ...
  • A vos risques et périls. Là où certains voient de la générosité, de la drôlerie, de l’émotion, de la tendresse, de la sensibilité, de la finesse d’autres entendent comique de répétition, personnages caricaturaux, histoire prisonnière de clichés, mise en (...) > Lire la suite ...
  • On les a tant aimés ces deux-là qui ont fait du mot « rupture » le sésame d’un renouveau cinématographique accueilli avec un enthousiasme proche de la ferveur par les adolescents que nous étions au début des années 1960. Tant aimés et tant appréciés que (...) > Lire la suite ...
  • « Death is not the end*. » The Future est un drôle d’ovni cinématographique. On y côtoie Sophie et Jason, deux adultes en dérive dans leurs projets personnels et professionnels. En couple depuis 4 années, ils vivotent dans un petit appartement de Los (...) > Lire la suite ...
  • « Seigneur, on dirait que Tu as créé les hommes pour les envoyer au néant » (*) « Drive » n’est pas seulement le récit d’une expérience radicale, c’est aussi le nouveau film d’un franc-tireur du 7ème art danois (**) qui a su donner au concept de tension une (...) > Lire la suite ...